Date de parution : 31/01/2022

Mobil-home ou chalet ?

Lorsqu’il s’agit de s’offrir une résidence secondaire, l’aspect financier est très souvent déterminant dans la mise en œuvre du projet. Ainsi, de plus en plus de propriétaires se tournent vers le mobil home ou le chalet en parc résidentiel de loisir (PRL).
Mais entre le mobil home qui offre souvent plus de confort qu’une caravane ; le chalet dont l’acquisition et la gestion peuvent s’avérer plus simple que pour un mobil home, il n’est pas aisé de se décider. Dans ce dossier, les spécificités de chaque mode de logement sont abordées afin de faire la lumière sur les éléments permettant de faire un choix.

Mobil-Home : définition, loi et réglementation

Les premiers mobil home arrivent en France dans les années 1970. Le concept est alors fraîchement importé d’Angleterre. A l’origine, ils sont prisés pour leur côté pratique mais de plus en plus, les constructeurs mettent l’accent sur le design et l’innovation afin de proposer des produits au confort optimal. Le mobil home est donc une résidence mobile de loisirs et son nom vient d’un anglicisme dont la traduction littérale serait « maison mobile ». Le concept est donc assez simple ; il s’agit d’une habitation qui, contrairement à une maison traditionnelle, n’est pas bâtie sur une fondation. C’est une habitation destinée à une occupation saisonnière et doit, de ce fait, conserver ses moyens de mobilité.
Le Code de l’urbanisme définit les résidences mobiles de loisirs comme des « véhicules terrestres habitables qui sont destinés à une occupation temporaire ou saisonnière à usage de loisirs, qui conservent des moyens de mobilité leur permettant d’être déplacés par traction mais que le Code de la route interdit de faire circuler ». En France, les mobil homes sont soumis à un statut juridique assez strict, défini par la norme AFNOR NF S 56-410, entrée en vigueur le 20 décembre 1999. Cette norme a donné une définition précise de la « résidence mobile de loisirs » et clarifié son statut juridique. Des précisions sont apportées sur la surface maximale qui est aujourd’hui de 40m2, la nécessité de conserver les moyens de mobilité sous peine d’être requalifiée en Habitation Légère de Loisir, les espaces d’implantation et les conditions à respecter, les périodes d’occupation ainsi que les ratios de surface habitable par rapport au terrain d’implantation.
Le mobil home se distingue donc de la caravane qui, elle, est autorisée à circuler par le code de la route. C’est une habitation très souvent aménagée pour offrir un certain confort aux occupants comprenant une pièce à vivre, un ou plusieurs espaces nuit, de sanitaire et un espace cuisine. Il est possible d’y ajouter un espace extérieur tel qu’une terrasse pour autant que ces aménagements respectent les normes en vigueur, notamment en ce qui concerne la mobilité. Bien qu’un mobile home ne puisse être transporté que par convoi exceptionnel, il est interdit d’en faire une habitation fixe. L’habitation doit simplement être stabilisée au sol par un mécanisme quelconque.
Le dernier point d’attention concernant les mobil homes est l’implantation. En effet, un mobil home ne peut pas être implanté à n’importe quel endroit. Il existe trois types d’emplacement homologués pour ce type d’habitation : les Parcs Résidentiels de Loisirs (PRL), proposant parfois des espaces aménagés et destinés à la location ; les Campings et les Villages de vacances classés en hébergement léger. Lorsqu’il est implanté dans l’un de ces espaces, le mobil home n’est pas assujetti à l’obtention d’un permis de construire ou une quelconque autorisation comme c’est le cas pour une installation sur un terrain privé.

Chalet : définition, loi et réglementation

Traditionnellement, le chalet est une construction en bois bâtie en montagne et originaire de la Suisse. Initialement destinées à héberger les bergers, ce type d’habitation est désormais répliqué dans des environnements autres que la montagne tout en conservant les caractéristiques originelles. En effet, le chalet a toujours été perçu comme un cadre chaleureux et convivial. Aujourd’hui, ce modèle est donc repris sous la forme d’habitations légères de loisirs (HLL). En France, les habitations légères de loisirs sont des constructions à usage non professionnel, démontable ou transportable. De même que les mobil homes, ils sont soumis à des règles particulières, faute de quoi, ils sont requalifiés. Cependant, contrairement au mobil home, la superficie d’un chalet peut excéder les 40 m2.

Généralement implanté au sein de Parcs Résidentiels de Loisirs (PRL), les chalets offrent plus de confort que les mobil home. Ce sont des habitations indiquées aussi bien par temps chauds que par temps froids grâce aux matériaux de plus en plus innovants utilisés dans leur réalisation. L’implantation en Parc Résidentiel de Loisirs est une option intéressante d’un point de vue financier et confort étant donné que le coût d’acquisition est généralement moins élevé que celui d’une maison de campagne traditionnelle. De plus, les PRL offrent une solution permettant de maîtriser les coûts d’installation et de maintenance. L’une des premières différences que l’on peut donc observer entre les mobil homes souvent implantés en campings et les chalets souvent implantés dans des PRL concerne le type de prestations proposé par chacun d’eux. Une autre différence porte sur la superficie minimum de la parcelle dont on peut profiter. En PRL, celle-ci ne doit pas être inférieure à 200 m² ce qui offre un espace de choix auquel s’ajoutent les autres espaces communs du parc.

Les chalets se distinguent surtout des mobil homes par leur structure. En effet, contrairement au mobil home, un chalet n’a pas besoin de conserver ses moyens de mobilité. Fort heureusement, les chalets non plus ne sont pas assujettis à certaines taxes telle que la taxe foncière. En revanche, selon la région, ils peuvent être soumis à une taxe communale permettant de financer les investissements liés au tourisme.
Qu’ils soient implantés en camping ou en PRL, les chalets ont habituellement vocation à proposer un cadre de vie plus confortable qu’un mobil home. Une meilleure isolation thermique et acoustique, des équipements de meilleure qualité par exemple, sont autant de prestations qui peuvent donner une préférence aux chalets.

Les Parc Résidentiels de Loisirs tels que l’Île aux pins, offrent des biens d’exception en la matière, construits en matériaux innovants au plus près des normes environnementales complété d’un climatiseur réversible assurant une température ambiante idéale selon la saison. Les équipements et finitions des chalets sont conçus pour créer un espace de choix et offrir un cadre d’exception.

 

Ici les chalets possèdent par exemple : une cuisine toute équipée composée d’éléments de rangement, d’un réfrigérateur-congélateur, de plaques de cuisson vitrocéramique, d’une hotte aspirante, d’un four et d’un lave-vaisselle ; une salle d’eau disposant d’un grand bac de douche de 120cm par 80 cm et d’un chauffe serviette, des toilettes séparés avec lave-main. Par ailleurs, les chalets possèdent une baie vitrée coulissante et d’une terrasse équipée d’un salon de jardin et d’une table avec des chaises permettant de créer une harmonie entre les espaces intérieurs et extérieurs, des lits double 160x190cm / 140×190 cm ainsi qu’un lit superposé 90×190 cm et un canapé convertible 190-195 cm.

Tel que mentionné plus haut, les chalets implantés en PRL permettent de profiter de grands espaces verts. Ici, les propriétaires peuvent profiter d’un bois de plus de 38 hectares dans un domaine entièrement préservé de l’urbanisation. Plusieurs activités sont proposées, qu’il s’agisse de détente (spa, piscine, promenade ou bain de soleils), d’aventure et découverte (accrobranche, équitation…) ou de gastronomie via un espace bar / restaurant capable de recevoir les résidents tout comme des réceptions et évènements spéciaux, les chalets implantés au sein de l’Île aux pins ont tout pour offrir un réel dépaysement à moins de deux heures de Paris.
Enfin, à l’Île aux pins, les propriétaires, qu’ils occupent leur chalet ou non, bénéficient de services de gestion complémentaires. Celui-ci comprend l’entretien des espaces verts et communs, le ménage et entretien des chalets, la surveillance et le gardiennage toute l’année, les services de gestion locative et de commercialisation ainsi qu’un site dédié aux réservations et à la gestion des lots.

Au vu des développements précédents, il en ressort que l’acquisition et l’implantation d’un chalet en PRL s’avèrent moins fastidieuses que pour un mobil home. Il faut également souligner la possibilité d’occuper ou de faire louer un chalet pendant une année entière, contrairement à l’occupation du mobil home qui reste saisonnière.

Pour se lancer dès aujourd’hui, il est possible de tester son éligibilité et de bénéficier d’un accompagnement tout au long du projet. Les équipes de l’Île aux pins se feront un plaisir de répondre aux questions, d’apporter des précisions sur les différents aspects du projet, aider à trouver le chalet qui correspond à chaque acquéreur et la localisation idéale. Un conseiller dédié assure le suivi du projet tout au long de son déroulement et, une fois abouti, une équipe de professionnels prend le relai afin de suivre la gestion et la maintenance du chalet acquis. Les propriétaires qui souhaitent faire louer leur bien lorsqu’ils ne l’occupent pas peuvent le faire louer sans tracas grâce au service de gestion locative proposé. Pour plus d’information, contactez les équipes de l’Île aux pins.